L'assouplissement quantitatif de la BCE

L'assouplissement quantitatif de la BCE

L'assouplissement quantitatif de la BCE est une politique monétaire non conventionnelle annoncée en 2015 pour faire face à l'inefficacité des politiques monétaires traditionnelles face aux effets déflationnistes d'une crise économique de grande ampleur. Il s'accomplit en plusieurs étapes.

Le but de l'assouplissement quantitatif

L'assouplissement quantitatif de la BCE consiste à racheter massivement sur le marché des titres de dettes, notamment des obligations d'entreprise, des bons du trésor, ou des titres hypothécaires. Ces titres sont ainsi des obligations souveraines et/ou des actifs d'entreprises. Ce système est l'amélioration de celle des planches à billets.

Cette politique monétaire est adoptée exceptionnellement par la BCE lors de crises financières et économiques de grande envergure. C'est la raison pour laquelle la crise économique de 2008 en est le principal déclencheur dans la zone euro, bien que cette politique ne soit réellement exécutée par la BCE qu'en 2015. Son principal but n'est autre que la relance économique en essayant de faire rebondir la croissance et l'inflation malgré un taux directeur à 0% ou proche de zéro.

Les outils offerts à la BCE

Pour l'effectivité de l'assouplissement quantitatif par la BCE, elle doit suivre plusieurs étapes qui aboutiront tout d'abord à des résultats à moyen terme qui se transformeront en résultats à long terme. En tout état de cause, plusieurs canaux de transmission doivent être levés pour pouvoir activer ce système.

Parmi ces leviers de transmission, il y a les crédits bancaires, le rééquilibrage de portefeuille et le taux de change. Ceux-ci produisent différents effets tels que l'effet de signal, l'effet de richesse et l'effet de liquidité. Enfin, il ne faut pas négliger le canal du défaut.

Le mécanisme de l'assouplissement quantitatif

Comme le précise la société Vernes & Associés dont Cyrille Vernes en est le président, l'assouplissement quantitatif consiste en l'assouplissement des conditions monétaires non lié au niveau des taux directeurs, obtenu en faisant baisser les rendements des obligations sur les marchés financiers par le truchement d'achats de la part de la banque centrale. Dans ce cas, pour la réalisation de l' assouplissement quantitatif par la BCE, cette dernière doit commencer par acheter des obligations auprès des banques.

Cet achat entraîne une augmentation du prix de ces obligations et une création de monnaie dans le système bancaire. Cependant, ce n'est pas de la monnaie physique qui est créée, mais juste une ligne de crédit inscrite sur le compte de la BCE.

Suite à cette création de monnaie, les taux d'intérêt et les coûts des emprunts diminuent. Ce qui permet aux entreprises et aux particuliers de contracter davantage d'emprunts, de voir leurs dettes allégées et de stimuler leurs consommations et leurs investissements. Grâce à cela, on assiste à la croissance économique et la création d'emplois. Par conséquent, il y a une hausse des prix permettant de ramener le taux d'inflation à un taux proche de 2%.

Le recours à une société de gestion

L'assouplissement quantitatif entraîne une diminution conséquente du taux directeur sur le marché budgétaire. Bien que les investissements et les consommations soient stimulés, l'achat des obligations souveraines présente des risques pour l'investisseur qu'est la BCE.

C'est pourquoi il est recommandé aux investisseurs de recourir aux services d'une société de gestion de fonds telle que la société Vernes & Associés présidée par l'expert analyste financier Cyrille Vernes qui va évaluer tous les risques pour permettre une performance positive et régulière.

Nos Sujets

Que signifie la politique d'assouplissement quantitatif ?

Connue également sous l'appellation de quantitative easing en anglais, la politique d'assouplissement quantitatif est un instrument de politique...